Voyageur, que faire en cas de disparition de l’Union Européenne ?

Commentaires (0) Entre voyageurs

Londres

Alexander, citoyen britannique était également jusqu’au 24 juin dernier un heureux citoyen de l’Union Européenne. Cette qualité incomparable lui accordait la faculté de voyager librement à travers les 28 États-membres de l’Union Européenne. Elle lui permettait de demander une protection dans toutes les représentations diplomatiques de tous les pays membres à travers le monde. Au surplus elle lui permettait d’entrer librement et sans visa préalable dans la majorité des États du globe pour des séjours de courte durée.

Alexander était un homme heureux jusqu’à ce 24 juin 2016 jour où une grosse moitié de ses concitoyens votèrent unilatéralement pour la sortie de leur pays de l’Union, le privant sous deux ans de sa citoyenneté européenne. En outre sa monnaie nationale ayant aussitôt perdu près de 12% de sa valeur, il est désormais 12% moins riche quand il voyage à l’étranger. Le phénomène n’étant pas près d’être enrayé, il aura perdu la moitié de sa fortune d’ici deux années, car dit-on, « c’est bon pour les exportations ».

Afin de ne pas vous retrouver dans la situation d’Alexander il existe des solutions qui pourront vous prémunir de la perte de vos droits en cas de disparition de l’Union Européenne dans votre pays.

 

  • Épouser un citoyen d’un autre pays membre de l’Union Européenne

Selon les procédures de naturalisation des États-membres vous pourrez alors prétendre à une autre nationalité de l’Union réduisant ainsi vos chances par deux de perdre votre statut de citoyen de l’Union. Attention cependant certains États sont plus risqués que d’autres. Évitez la Grèce ou l’Autriche, préférez plutôt le Luxembourg, la Belgique ou la Hongrie.

  • Tenter de faire revenir votre pays au sein de l’Union

La procédure pour quitter l’Union Européenne étant lente et douloureuse, tant que votre pays n’a pas activé l’article 50 du Traité sur l’Union Européenne, vous pouvez toujours tenter de vous engager politiquement pour faire échec au projet de sortie de l’Union.

  • Trouver un bon faussaire pour justifier une ascendance irlandaise.

Si l’un de vos parents ou l’un de vos grands-parents est irlandais, vous avez le droit de demander la nationalité irlandaise ce qui vous préserve de la perte de vos droits (Tant que la République d’Irlande n’a pas elle-même décider de quitter l’Union bien entendu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *